Ontario Neurotrauma Foundation

GUIDE DE PRATIQUE CLINIQUE

POUR LA RÉADAPTATION DE LA CLIENTÈLE ADULTE
AYANT SUBI UN TCC MODÉRÉ OU GRAVE

Ontario Neurotrauma Foundation INESSS
SECTION 2: Évaluation et réadaptation des séquelles du TCC > P. Douleur et céphalées

P. Douleur et céphalées

Retour >

Les personnes qui ont subi un traumatisme craniocérébral (TCC) peuvent éprouver de la douleur et des céphalées immédiatement après le traumatisme et tout au long de la période de récupération. La douleur a un effet négatif sur la récupération cognitive, le sommeil, l’humeur, l’anxiété et peut précipiter l’apparition de troubles de comportement. Chez certaines personnes, des stratégies non pharmacologiques peuvent être utilisées, comme le counseling cognitivocomportemental et la rétroaction biologique. La douleur éprouvée par certaines personnes est reliée à une lésion neurologique (douleur neuropathique), ce qui nécessite un traitement impliquant différents types d’analgésiques.

Les cliniciens devraient développer les compétences requises pour évaluer rigoureusement la douleur. Il devrait être de routine d’évaluer la nature et la sévérité de la douleur des usagers. Idéalement, l’équipe de soins devrait avoir accès facilement à des spécialistes en gestion de la douleur.

 

Exemples d'indicateurs

  • Proportion de personnes ayant subi un TCC qui bénéficient d'un protocole de gestion de la douleur.

  • Proportion de personnes ayant subi un TCC et présentant des céphalées post-traumatiques qui reçoivent une thérapie cognitivocomportementale.

Voici des suggestions d'outils et de ressources qui peuvent être utilisés pour soutenir l’implantation des recommandations de cette section. Les professionnels de la santé doivent en tout temps respecter les dispositions légales et normatives encadrant l’exercice de leur profession, dont notamment les dispositions relatives aux champs de pratique ainsi qu’aux activités réservées ou protégées, puisque celles-ci peuvent différer d’une province à l'autre.

Outils cliniques :

Ressources pour les usagers et les proches :

Autres ressources :

Les personnes qui ont subi un traumatisme craniocérébral (TCC) peuvent éprouver de la douleur et des céphalées immédiatement après le traumatisme et tout au long de la période de récupération. La douleur est associée aux problèmes suivants : retard de la récupération cognitive, troubles du sommeil, fatigue, élévation du niveau d’anxiété, dépression et stress post-traumatique (Dobscha et coll. 2009; Hoffman et coll. 2007). Si la douleur n’est pas reconnue ou diagnostiquée, cela peut mener à une augmentation de l’agitation et de l’agressivité ou à une incapacité de participer à la réadaptation ou d’en tirer des avantages (Ivanhoe et Hartman 2004; Sherman et coll. 2006). Il est donc important de déceler précocement la douleur et de la traiter afin de réduire au minimum l’adoption de stratégies d’adaptation mal adaptées et d’optimiser la récupération de la personne. Plusieurs traitements se sont montrés efficaces, par exemple, la rétroaction biologique et la médication. La rétroaction biologique, les techniques de relaxation, la méditation et la thérapie cognitivocomportementale sont souvent considérées comme les standards de thérapie comportementale de la douleur (Branca & Lake 2004).

Tatrow et coll. (2003) ont étudié la rétroaction biologique thermique ou par EMG comme outil d’intervention dans le traitement des céphalées post-traumatiques en combinaison avec la méthode de relaxation musculaire progressive. Des améliorations ont été rapportées chez une majorité de sujets; une amélioration significative a été notée chez quatre sujets, une certaine amélioration chez six sujets, une légère amélioration chez deux sujets et une détérioration chez deux sujets (Tatrow et coll. 2003). La thérapie cognitivocomportementale a aussi démontré son efficacité pour réduire les céphalées post-traumatiques. Dans une étude pré-post, Gurr et Coetzer (2005) ont analysé 20 sujets ayant subi un TCC de niveau de gravité léger à grave. Après une thérapie cognitivocomportementale, l’intensité et la fréquence des céphalées avaient significativement diminué (p=0.004). Le degré d’incapacité liée aux céphalées avait aussi diminué tel que mesuré par l’inventaire des incapacités liées aux céphalées (p=0.001) et le Headache Needs Assessment (p=0.02; Gurr et Coetzer 2005).

REFERENCES
Branca, B., & Lake, A. E. (2004). Psychological and neuropsychological integration in multidisciplinary pain management after TBI. J Head Trauma Rehabil, 19(1), 40-57.

Dobscha, S. K., Clark, M. E., Morasco, B. J., Freeman, M., Campbell, R., & Helfand, M. (2009). Systematic review of the literature on pain in patients with polytrauma including traumatic brain injury. Pain Med, 10(7), 1200-1217.

Evidence-Based Review of Moderate To Severe Acquired Brain Injury (ERABI). (2016). http://www.abiebr.com/.   

Gurr, B., & Coetzer, B. R. (2005). The effectiveness of cognitive-behavioural therapy for post-traumatic headaches. Brain Inj, 19(7), 481-491.

Hoffman, J. M., Pagulayan, K. F., Zawaideh, N., Dikmen, S., Temkin, N., & Bell, K. R. (2007). Understanding pain after traumatic brain injury: impact on community participation. Am J Phys Med Rehabil, 86(12), 962-969.

Ivanhoe, C. B., & Hartman, E. T. (2004). Clinical caveats on medical assessment and treatment of pain after TBI. J Head Trauma Rehabil, 19(1), 29-39.

Sherman, K. B., Goldberg, M., & Bell, K. R. (2006). Traumatic brain injury and pain. Phys Med Rehabil Clin N Am, 17(2), 473-490, viii.

Tatrow, K., Blanchard, E. B., & Silverman, D. J. (2003). Posttraumatic headache: an exploratory treatment study. Appl Psychophysiol Biofeedback, 28(4), 267-278.

> Ouvrir tout le contenu > Fermer tout le contenu

P1. Évaluation de la douleur et des céphalées

P Prioritaire F Fondamentale Nouvelle Niveaux de preuve A B C
P 1.1 C

La présence de douleur devrait toujours être envisagée lorsqu’une personne ayant subi un traumatisme craniocérébral est agitée ou présente des troubles cognitifs/de communication, de l’agitation psychomotrice ou une augmentation de la spasticité. Une attention particulière doit être portée aux signes non verbaux de la douleur, par exemple les grimaces.

(ABIKUS 2007, G73, p. 27)


Outil suggéré : Algorithme pour l'agitation et l'agressivité

P2. Gestion de la douleur et des céphalées

La médication devrait être prescrite uniquement par des médecins qualifiés, et les utilisateurs du guide devraient consulter la section portant sur les "Principes de gestion de la médication" avant d'effectuer une prescription.
P Prioritaire F Fondamentale Nouvelle Niveaux de preuve A B C
P 2.1 P C

Le programme de réadaptation pour la personne ayant subi un traumatisme craniocérébral devrait avoir mis en place des protocoles de gestion de la douleur qui incluent :

  • des révisions régulières et des mécanismes d’ajustement;

  • des modalités de manipulation, de soutien et de soulagement selon les besoins de la personne;

  • de l’information et des conseils à l’intention des intervenants et des proches portant sur la manipulation appropriée des membres supérieurs parétiques au moment des transferts, sur l’hypersensitivité et sur la douleur neurogène.

(Adapté d’ABIKUS 2007, G74, p. 27)

P 2.2 P B

La thérapie cognitivocomportementale peut être envisagée pour diminuer les symptômes de douleur chez les personnes ayant subi un traumatisme craniocérébral et souffrant de céphalées.

(INESSS-ONF, 2015)

RÉFÉRENCE :

- ERABI Module 4-Motor & Sensory Impairment Remediation, p.55, 4.7.3.2

P 2.3 B

La rétroaction biologique (biofeedback) peut être envisagée pour diminuer les symptômes de douleur chez les personnes ayant subi un traumatisme craniocérébral et souffrant de céphalées.

(INESSS-ONF, 2015)

RÉFÉRENCE :

- ERABI Module 4-Motor & Sensory Impairment Remediation, p.54, 4.7.3.1

P 2.4 P C

La prescription de prégabaline peut être envisagée pour diminuer la douleur neuropathique centrale causée par des blessures au cerveau ou à la colonne vertébrale.

(INESSS-ONF, 2015)


Outil suggéré : Indications d'usage de Santé Canada

RÉFÉRENCE :

- ERABI Module 4-Motor & Sensory Impairment Remediation, p.58, 4.7.4.1

ENREGISTRER OU IMPRIMER CETTE PAGE

Enregistrer cette page en format PDF pour la télécharger ou l'imprimer

SECTIONS DU GUIDE À TÉLÉCHARGER EN VERSION PDF

Télécharger le guide de pratique complet pour impression ou enregistrement en format pdf.

Télécharger le Guide complet